Carnet de recherche de Samuel Goëta, doctorant à Télécom ParisTech. Sociologie de la production et de la libération de données publiques, enjeux politiques d'Internet et bien d'autres choses.

Une petite histoire de l’ouverture des données à écouter

Ce blog reprend du service après un séjour cet hiver au labCMO (Communication Médiatisée par Ordinateur) à l’Université du Québec à Montréal où j’ai poursuivi mes recherches sur l’ouverture des données publiques.

(Si le lecteur disparait, cliquez ici pour écouter le son de l’intervention)

Alors que je m’apprête à présenter au séminaire d’Antonio Casilli à l’EHESS une histoire des données avec Simon Chignard, je vous partage le son et la présentation de la conférence-débat que j’ai donné à Montréal au LabCMO sur l’histoire des données (merci à eux d’avoir diffusé l’enregistrement). Ce retour sur l’histoire du mouvement open data vise à comprendre comment l’ouverture des données est parvenue à devenir une priorité pour les gouvernements locaux , nationaux et internationaux ainsi qu’une exigence fondamentale de transparence et d’innovation pour les citoyens.J’y présente les acteurs, les temps forts, les moyens d’action qui ont conduit à l’institutionnalisation de l’open data et le contexte sociotechnique de cette émergence progressive. Déconstruire, par l’histoire, une définition trop contemporaine et précise de l’open data nous permet de voir comment une certaine forme d’open data façonné par des écosystèmes d’acteurs est parvenue à s’imposer dans le débat public.

Ne souhaitant pas être exhaustif, j’ai choisi de ne pas avoir une approche chronologique pour garder une vue d’ensemble de l’émergence progressive de l’ouverture des données .Ce qui m’intéresse ici c’est de retracer comment les pratiques que j’observe ont été influencés par une pluralité d’acteurs (humains et non humains) et ont stabilisé l’objet que j’étudie. Aussi je souhaite ici replacer l’open data dans la pluralité des mondes sociaux qui m’avait frappé en assistant aux premiers événements (ePSI à Rennes, OKCon à Berlin) sur l’open data en 2010.

Ce séminaire se déroule en 4 parties :
1. Les racines
les évolutions intellectuelles et techniques qui ont amené l’émergence d’une demande sociale d’ouverture des données et plus largement de l’information produite par les administrations
2. Les injonctions
ces évolutions ont conduit à des injonctions, des acteurs qui à des moments précis ont exigé l’ouverture des données publiques.
3. Les Infrastructures et standards
L’ouverture n’était pas la seule exigence de ces injonctions,  il s’agissait de faciliter la réutilisation des données en orientant techniquement les données et les portails vers des standards qui facilitaient certains usages.
4. Régulation
Le régulateur a progressivement imposé l’ouverture des données dans le processus normal des administrations. Il s’agit aussi de montrer que dans l’injonction s’est aussi bien souvent située dans l’Etat et les administrations.

About the Author

About the Author: .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Comments are closed.

Top